albignac vLe général Louis-Alexandre d'Albignac (1739-1825) : Fils de Louis d'Albignac et Isabeau Quatrefages, il entre à seize ans au service avec le grade de sous-lieutenant dans le régiment de Hainaut-infanterie que commandait alors le chevalier de Vanderbourg ; l'année suivante, il se trouve au siège du fort Saint-Philippe, dans l'île de Minorque.

 cosor 18 v

Suzanne et Michel VINCENT : « les justes de Peyraube ». Suzanne Vincent-Jacquet (1911-1985) et son mari Michel Vincent (1924-1951) n’étaient pas originaires des Cévennes : ils sont arrivés à Arrigas après la guerre, lorsque l’ancienne Crèche départementale fut mise à disposition du COSOR par le Conseil général du Gard. La famille Vincent, celle de Michel, et tout particulièrement son père Gaston, tout comme Suzanne elle-même, avaient derrière eux un passé de résistants protestants très engagés dans le sauvetage des enfants juifs, dans la région marseillaise, puis dans le Cantal.

Raymond-Martin vRaymond Martin, le curé résistant et Notre-Dame de la Résistance : né à Vauvert en 1909, dans une famille fort modeste, Raymond Martin est orienté très jeune par sa mère vers la prêtrise et il est ordonné prêtre le 29 juin 1935. Après un vicariat de trois ans à Saint-Hippolyte-du-Fort, il est nommé curé d’Arrigas le 13 mars 1938, quelques jours avant qu’Hitler ne s’empare de l’Autriche. Mobilisé en 1939, comme des millions de jeunes français de sa génération, Raymond Martin se retrouve prisonnier de guerre. Forte tête, il subit de mauvais traitements et il finit par être déporté en Silésie où il travaille durement pour l’effort de guerre du Reich. Rapatrié sanitaire, il retrouve sa paroisse fin 1942 et, à l’image de son voisin le curé d’Arre, il ne cache pas en chaire ses sympathies pour ceux qui combattent l’occupant.

Flash info

Ouverture du site

Lire la suite...

Évènements

Espace Pratique

Marchés Publics

Contact